Architectural Digest

Jane Keltner de Valle, Discoveries, 22 Feb 2021

Glass sculptor Hugh Findletar turns heads with anthropomorphic vessels of exuberant spirit and beauty hand-blown in the form of friendly faces, Hugh Findletar's signature glass vases are so full of personality that he refers to them as Flowerheadz. "I'm creating a population," reflects the Jamaican-born artist, now based between Milan and Venice and working out of the historic Murano ateliers. "The glass takes on its own form based on the heat, so the control you have is limited. One brother will come out a certain way, and its sister will come out looking a little different. It becomes like a family."

Trained as a fine-art photographer, with a focus on floral still lifes, Findletar arrived at his current calling thanks to a vision. After returning from a trip to Kenya, where he picked up a number

of wooden masks at a Maasai market, he was inspired to sculpt his own versions  from glass, one of which he set on his bedside table. "I was lying down one day, and the mask started talking to me," he recalls. "It was like, 'Oh, my goodness, if I was on a vase with flowers on top it would be wow.' "

 

When he approached the island's master artisans with the idea, he recalls, "everything was a 'No, we can't do it.' So you go, 'Yes! Let's do it!' " To create a single vessel-which can weigh up to 50 pounds-requires the labor-intensive help of eight craftsmen, with each step veiled in secrecy. "The person who mixes the formula will never tell you his family recipe," says Findletar, noting that one collaborator is a sixth-generation glassblower. Compared to that, he laughs, "I'm in kindergarten, even after 10 years."

 

Taste-making collectors might beg to differ. Miuccia Prada was among the first to discover Findletar's work, after a mutual friend bought a vase en route to dinner at her home. Then came the Missonis and Naomi Campbell, who commissioned a piece after attending an exhibition in Paris in 2019. Findletar's creations have also taken center stage in the windows at Dolce & Gabbana and Pomellato boutiques around the world. "My girls are working like models," jokes the artist, who has tapped leading international floral designers like Eric Buterbaugh and Stéphane Chapelle to style the works. "It's like having Jimmy Paul coming in to do the heads."

 

On the horizon is a collaboration with French candlemaker Buly 1803, as well as tumblers, which, Findletar explains, will be made especially for whomever is drinking from them. ("Each family member will pick their color. It'll take two weeks and then ships.") He's also been exploring animalistic forms, such as owls like the one who would seemingly call his name from outside his grandparents' window in Jamaica. "Hoo, hoo, hoo," he echoes. "I was frightened out of my mind. Then I grew up and realized this bird is about wisdom." Findletar is represented by The Spaceless Gallery

 

[French]:

Le sculpteur sur verre Hugh Findletar fait tourner les têtes avec ses sculptures anthropomorphes à l'esprit et à la beauté exubérants. Soufflés à la main sous la forme de visages amicaux, les vases en verre de Hugh Findletar sont si pleins de personnalité qu'il les appelle les Flowerheadz. "Je crée une population", réfléchit l'artiste d'origine jamaïcaine, désormais basé entre Milan et Venise et travaillant dans les ateliers historiques de Murano. "Le verre prend sa propre forme en fonction de la chaleur, donc le contrôle que vous avez est limité. Un frère sortira d'une certaine façon, et sa sœur aura un aspect un peu différent. Cela devient comme une famille".

 

Formé en tant que photographe d'art, spécialisé dans les natures mortes florales, Findletar est arrivé à sa vocation actuelle grâce à une vision. Au retour d'un voyage au Kenya, où il a récupéré un certain nombre de masques en bois chez un Maas.

 

Au retour d'un voyage au Kenya, où il a acheté un certain nombre de masques en bois sur un marché masaï, il a eu l'idée de sculpter ses propres versions en verre, dont l'une a été placée sur sa table de chevet. "J'étais allongé un jour, et le masque a commencé à me parler", se souvient-il. " C'était comme : "Oh, mon Dieu, si j'étais sur un vase avec des fleurs dessus, ce serait waouh !". "

Lorsqu'il a proposé l'idée aux maîtres artisans de l'île, se souvient-il, " tout était un "Non, nous ne pouvons pas le faire". Alors vous dites : "Oui, faisons-le". "La création d'un seul récipient - qui peut peser jusqu'à 15 kg - nécessite l'aide de huit artisans, dont chaque étape est tenue secrète. "La personne qui mélange la formule ne vous dira jamais sa recette de famille", explique Findletar, précisant qu'un collaborateur est un souffleur de verre de sixième génération. Comparé à cela, dit-il en riant, "je suis au jardin d'enfants, même après dix ans".

 

Les collectionneurs qui ont du goût ne sont peut-être pas d'accord. Miuccia Prada a été l'une des premières à découvrir le travail de Findletar, après qu'un ami commun a acheté un vase en route pour un dîner chez elle. Viennent ensuite les Missoni et Naomi Campbell, qui a commandé une pièce après avoir assisté à une exposition à Paris en 2019. Les créations de Findletar ont également occupé le devant de la scène dans les vitrines des boutiques Dolce & Gabbana et Pomellato du monde entier. "Mes filles travaillent comme des mannequins", plaisante l'artiste, qui a fait appel à de grands designers floraux internationaux comme Eric Buterbaugh et Stéphane Chapelle pour styliser les œuvres. "C'est comme si Jimmy Paul venait faire les têtes".

 

À l'horizon, une collaboration avec le fabricant français de bougies Buly 1803, ainsi que des gobelets qui, comme l'explique Findletar, seront fabriqués spécialement pour la personne qui les boit. ("Chaque membre de la famille choisira sa couleur. Cela prendra deux semaines avant d'être expédié"). Il a également exploré des formes animales, telles que des hiboux, comme celui qui semblait appeler son nom depuis la fenêtre de ses grands-parents en Jamaïque. "Hoo, hoo, hoo", se souvient-il. "J'étais effrayé jusqu'à en perdre la tête. Puis j'ai grandi et j'ai réalisé que cet oiseau est synonyme de sagesse." Findletar est représenté par la galerie The Spaceless Gallery.

 

12 
of 25